48h dans la cité phocéenne


Quand tu passes un week-end à Marseille et que tu es parisien

Tout commence un soir glacial de fin novembre où ma grand-mère m'annonce qu'une partie de ce qui a fait sa vie sera affiché sur les murs du Mucem à l'occasion de l'exposition portant sur le Roman Photo.

ROMAN_PHOTO_MUCEM

Heureuse et plutôt fière de cette nouvelle, j'essaie de planifier un week-end vers le Mistral de Plus Belle La Vie tout en m'imaginant déjà manger de la bouillabaisse en entendant des "allez l'OM", "Parisien tête de chien, Parigot tête de veau" à tue-tête.
J'avais déjà les pieds dans l'eau, la boule de pétanque dans la main droite et le pastis dans la main gauche. (Note à moi-même : je n'aime ni la bouillabaisse, ni le pastis et pas d'avis sur l'OM)
Hélas, tous mes week-ends étaient déjà bien occupés, entre les événements frenchpique et mes déboires amoureux.

C'est par une douce soirée de printemps après bien des aventures, qu'un être génial est arrivé avec son grand sourire et deux billets en poche, un pour Gent chien (oui, c'est obligatoire) et un autre pour moi-même nous menant tous trois vers la cité phocéenne.

Quelle belle surprise

Avec à peine trois heures de sommeil dans les baskets et après un pique-nique bien arrosé dans le Bois de Boulogne la veille, nous avons embarqué Gent dans mon sac à dos faisant office de sac de voyage pour nos poser trois heures et des poussières dans un train pas en grève et à l'heure de la SNCF.

SNCF_LAFRENCHPIQUE_INSTAGRAM

Le petit guide de Marseille débute alors

Arrivés par le train de 11h nous avons pu récupérer les clés d'un Air BnB plutôt original, dont l'entrée fut quelque peu surprenante avec son odeur de rance et ses murs délabrés de la rue Francis Davso, d'après ce que nous avons su, c'est la rue des prostitués et des gens pas nets, pour dire la vérité, nous n'avons vu ni l'un, ni l'autre.
Rue idéalement située, juste derrière le port et à l'abris de la circulation. Nous avons pu rassurer le chien quelque peu dépaysé par ce voyage, lui laisser quelques croquettes, se changer pour revêtir un total look FrenchPique et partir à l'assaut de la ville rebelle.

marseille_short_lafrenchpique

Nous avons commencé notre visite de la ville par manger un bout, pas facile de faire le tri dans l'abondance des Tripadvisors, LaFourchette, Yelp et autres sites sponsorisés par les restaurants.

C'est grâce à un post d'Estelle sur son Lab que nous avons trouvé notre bonheur autour du vieux port. Malgré toutes les difficultés que mon estomac m'impose, ce restaurant semblait remplir tous les critères pour passer un bon moment. Original, moderne, frais, avec une belle vue sur le port, Le Poulpe fut notre pêché mignon de l'instant.
Le voyage culinaire a été à la hauteur de nos espérances, mis à part un assaisonnement beaucoup trop prononcé pour mon palais de fillette (prévenir le serveur sur vos allergènes et autres si besoin, ils sont vraiment sympas). Compter environ 19euros pour entrée + plat ou plat + dessert, vous ressortez de là le ventre ni trop ni pas assez rempli.

Les desserts nous alléchant peu et subissant l'envahissement touristique du lieu, nous avons fait un stop juste à côté, au glacier Vanille Noire où nos papilles ont été ravies, découvrant des goûts et saveurs inhabituelles, tel glace au Poivron rouge, sorbet au gingembre, et autres petites folies à tester absolument.

marseille_vanille_noire_glacier

Nos pieds ont pris le chemin de la Vieille Charité où nous attendait quelques œuvres majestueuses de notre cher Picasso, dans ce lieu chargé d'histoire dont l'hospice et la chapelle du Puget sont classés monument historique depuis 1951.
Magnifique site baigné de soleil et mis en avant grâce à différentes expositions temporelles tout au long de l'année, en plein cœur du quartier artistique du Panier, à ne surtout pas rater.

PICASSO_LA_VIEILLE_CHARITE_MARSEILLE 

Une balade oblige à travers le quartier du Panier afin de voir les lieux mythiques et désormais emblématiques de cette partie de la ville.

Quelques kilomètres à pied

Ca use vraiment... à vagabonder dans les rues, nous décidons enfin de rejoindre le Mucem où nous avons pu découvrir la fameuse exposition qui retraçait une partie de vie de mes grands parents un peu extra-ordinaires.

MUCEM_marseille

Exposition très instructive sur le Roman Photo et son histoire.
Pratiquement certaine que peu d'entre-vous connaisse l'existence de ce best-seller de la littérature populaire de la Méditerranée, l'équivalent du téléfilm d'aujourd'hui qui passionnait des millions de lecteur au milieu du XXe siècle. 
Ce n'était pas sans une petite fierté intérieure (je dois l'avouer) que nous avons parcouru l'exposition, cherchant quelque part le nom de mes grands-parents sur un panneau.

mucem_roman_photo

Après avoir fait le tour du Mucem par son extérieur-intérieur menant au fort Saint Jean, via la passerelle J4 construite par Rudy Ricciotti, balade qui dure environ 45 minutes et accessible à tout public gratuitement (à faire !), menant à une terrasse restaurant à la vue imprenable sur la mer, nous avons pris le chemin de l'appartement pour récupérer un Gent un peu abandonné par ses parents s'adaptant à Marseille comme si nous étions d'ici.

Vivre sur la vague

C'est grâce à Instagram que notre soirée marseillaise s'est organisée. Via ce réseau, j'ai fait la rencontre de Benjamin, pur produit de Marseille à tendance bobo hipster hyper cool, organisateur des soirées Club des Effets Mer.
Suivant ses instructions nous avons pris le cap de la Voute Virgo, pour nous retrouver à la soirée qu'il organisait, à siroter des Moscow Mule avec vue sur le coucher de soleil et la mer, tout en écoutant une musique délicate et audacieuse. Un lieu moderne et ambitieux qui donne envie de faire pareil ailleurs.

marseille_gent

Dîner à la fameuse place des Cour Julien, sur les conseils avisés de ma mère, dans un restaurant hyper honnête et délicieux Le Resto Provençal, qui nous a fait rouler comme des boules jusqu'à l'appartement (heureusement tout en descente) pour essayer de digérer notre entrée, plat, dessert de glouton à 22euros.

On sort où ?

Crevés par ces 20kms de marche et ces quelques heures de sommeil, ce fut rideau et non-merci-les-clubs de la ville, on reviendra.

marseille_sunset

Non, pas vous

Le lendemain matin nous avons pris nos affaires et Gent pour monter jusqu'à la magnifique Notre Dame de La Garde sous un soleil de plomb pour s'y voir refuser l'accès à cause de notre bête à quatre pattes.

marseille_notre_dame

Le moral dans les chaussettes nous nous sommes rappelé des conseils de notre marseillais de la veille, Benjamin, qui nous avait dit d'aller voir la crique de la Malmousque qui est, selon lui, une des plus belles de la ville.

Et en effet, ce fut un joli coup de cœur et une magnifique baignade gelée.

malmousque_marseille

Après quelques discussions avec les autochtones, nous avons écouté les avis de nos nouveaux camarades de baignade pour nous rendre Chez Jeannot, Port du Valon des Auffres, déjeuner dans un cadre idyllique.
Hélas, nous n'en connaîtrons jamais les saveurs car sans réservation un dimanche midi, impossible de trouver une table de libre.

Nous avons terminé notre périple culinaire épuisés au Phonographe, seul restaurant de la place d'Estienne d'Orves servant après 15h un dimanche sous un soleil brûlant.
Fans de notre petit Gent, les serveurs voulant le kidnapper par tous les moyens, ce restaurant moderne en mode bar à tapas fut bon mais pas fantastique, où les plats affichés ne sont pas forcément ceux disponibles en cuisine ! 

Tu connais la Friche ?

Nous avons terminé notre pèlerinage à l'autre bout de la ville, à la Friche Belle de Mai. Les pieds ruinés et un Gent fatigué, nous avons pris le métro marseillais pour quelques stations afin de rejoindre ce lieu nouveau.

Descendant à la station Parc de Longchamp , nous avons pu le traverser dans sa longueur en ratant la majestuosité du Palais de Longchamp (ne faites pas comme nous, et ne le ratez pas !).

friche_belle_de_mai

Hyper cool, avant-gardiste, sauvage et éclectique

Un vrai coup de cœur pour ce lieu chaleureux qui rassemble les différentes personnalités et ethnicités. Du tag au jardinage, en passant par le skateboard, la danse, la nourriture et l'amitié. Un panel de couleur aux sourires variés, et ça, ça fait du bien. Meilleur Perrier citron ever. 

Retour à la gare, épuisés mais heureux de cette aventure marseillaise, loin des clichés dit par les parisiens sur les habitants de la Porte de l'Orient.

Marseille ma belle, à faire absolument


1 commentaire


  • VirginieFolie

    C’est toujours marrant de voir un point de vue extérieur sur sa ville, je suis heureuse de voir que tu y a passé un bon moment !


Laissez un commentaire